Ces entrepreneurs qui ont réussi sans le bac !

Ces entrepreneurs qui ont réussi sans le bac !

Le baccalauréat est considéré comme étant « la clé » qui permet à l'étudiant de choisir et d'établir ses projets d'avenir. Cela semble justifié lorsqu'on voit combien de candidatures sont refusées suite à l'absence de cette mention dans le curriculum vitae. Pourtant, nombreux sont ceux qui ont réussi à faire valoir leurs compétences sans avoir ce diplôme en poche. Découvrons ces personnalités et leurs parcours laborieux jusqu'au succès.

Yves Rocher fait de sa passion un métier

Depuis son jeune âge, il partage avec son père un amour pour le monde végétal. Cependant, il fut contraint de mettre de côté cette passion et ses études, à la mort de son père, pour aider sa mère à gérer le commerce familial de textile. Il n'eut donc pas le bac, mais ne renonça pas à ses recherches botaniques. Il réussit à créer sa première pommade hémostatique dans son grenier. Par la suite, il prit l'initiative de vendre son produit par correspondance afin d'accroître son activité et financer ses recherches sur d'autres produits. En 1959, Yves Rocher atteint son objectif et crée son entreprise de cosmétiques à base de plantes. Sa capacité à concilier passion et travail lui valut sa réussite sans le bac à travers cette marque qui garde encore sa place sur le marché actuel.

François Pinault touche du bois pour gravir les échelons

Né en 1936, François Pinault abandonne ses études en classe de seconde pour se lancer dans le monde du travail. Avec pour seuls bagages la persévérance et le goût du risque, il monta rapidement en grade jusqu'à devenir le 7ème homme d'affaires le plus riche de France. Après avoir racheté la scierie de son beau-père à l'âge de 26 ans, il se lance dans le domaine des matériaux de construction et finit par créer le groupe Pinault en 1962. Ensuite, ses ambitions furent si grandes qu'il se lança dans le rachat des grandes enseignes comme La Redoute, La Fnac, Conforama etc. et se place en position dominante sur le Second marché de la Bourse de Paris en 1988. D'ailleurs, malgré la nomination de son fils comme PDG du groupe PPR en 2003, François Pinault consacre encore toute son énergie à cet empire qu'il a créé de dur labeur.

Gérard Mulliez puise sa force dans l'héritage familial

Contrairement aux personnalités mentionnées auparavant, Gérard Mulliez est arrivé jusqu'au bac mais a échoué. Il rejoint alors son père au sein de la société Phildar et ne tarde pas à se baigner dans le monde commercial. Puis, il prit son envol en ouvrant son premier magasin « AUCHAN » en 1961 à Roubaix. Malgré des débuts difficiles, il acquiert de l'expérience en s'entourant de professionnels comme Edouard Leclerc et en devenant un parfait autodidacte. En 2014, le succès des magasins Auchan devient évident avec un chiffre d'affaires qui atteint les 38 milliards d'euros. Force est de constater que la réussite sans le bac n'est pas facile, mais possible, si la motivation est grande. Toutefois, rien ne vaut un bagage complet pour bâtir un bel avenir.